Le problème des masses, des revendications et de la guerre populaire

June 1, 2020

 

 

Mouvement Populaire Pérou : Le problème des masses, des revendications et de la guerre populaire 

 

En guise d'introduction :

 

Pensez à ces questions pour lire le document
La question est de savoir comment on le conçoit et comment on le gère.
La question est que nous devons voir selon les conditions et la nécessité (...) ; si le Parti ne commence pas à voir et à démontrer dans les faits qu'il sert les masses et qu'il peut mener leurs luttes, comment fera-t-il pour croire que nous allons émanciper le peuple ?
Le problème est de savoir si ce qui est fait sert en fait les principes et la guerre, sinon, nous le corrigeons et le reposons
Pourquoi allons-nous dans les bidonvilles (aux masses) ? Nous gagnons un contingent pour la guerre et les masses nous disent, ce qu'il faut faire maintenant ? Si nous disons que je ne m'en charge pas, les masses nous diront, comment va ce camarade ! Pourquoi es-tu venu ! Nous devons nous préoccuper de toutes ces choses et faire comprendre ce que nous pouvons résoudre et comment le résoudre en fin de compte, c'est-à-dire que le problème est de briser le cercle vicieux


Le problème du masse, les revendications et de la guerre populaire

 

Cette relation est liée au Front Uni pour la conquête du pouvoir. Que nous pose le communiqué destiné aux masses des bidonvilles ? L'augmentation des revenus et des salaires, c'est bien, devons-nous lutter pour cela ? Bien sûr, comment ne pas lutter pour cela ! discuter du fait que nous devons lutte pour les salaires n'a pas de sens, mais comment ferions-nous la guerre du guérilla au niveau syndical, comment préparerions-nous la classe à la conquête du pouvoir ?  Comment pourrions-nous créer de nouveaux syndicats, du classe, ou en réajuster d'autres ?

Le problème des Cantines Populaires et du Verre de Lait nous est posé, les subsides alimentaires, est-ce que nous luttons pour les subsides ? Bien sûr que nous luttons pour les subsides ! Si nous dans le Nouveau État mettons en place des subsides parce que nous voulons que les produits alimentaires soient bon marché et de même prix partout, comment cela peut-il être mauvais, le fait est que nous, avec le Nouvel État, nous pourrons le mettre en œuvre, mais pour l'instant, alors que nous n'avons pas encore le Nouveau Pouvoir, nous luttons pour le, dans la mesure du possible, nous le démarrons.  La question des Cantines Populaires et du Verre de Lait sont appareils que nous n'avons pas créés, mais ils existent, le gouvernement se désintéresse de ils, le révisionnisme ne peut plus chevaucher les masses comme auparavant et la société est plongée, sans exagération, dans une crise pire que celle de la fameuse grande crise des années 30, dans le monde, alors pour les masses aujourd'hui c'est un nécessité beaucoup plus pressant qu'hier et c'est pourquoi elles le demander, Ils le demandent, alors, parce que c'est un bénéfice pour leur alimentation simple, un verre de lait sert aux les enfants, sinon pourquoi les masses s'organisent-elles pour l'obtenir et le préparer ? Pourquoi font-elles les Cantines Populaires ? parce qu'elles en ont besoin, en plus c'est un développement du "pot commun" que le prolétariat a toujours organisé dans ses grèves. C'est donc logique, pourquoi ils nous posent ces demandes. Nous insistons sur la question qu'il s'agit de lier la lutte pour les revendications au pouvoir, et d'autre part que ces organisations ont été créées par tel ou tel appareil révisionniste ou réactionnaire, d'une part qu'il est faux et d'autre part qu'elles ont été mises en place sur les nécessités des masses pour trafiquer leurs intérêts et les chevaucher, pour les utiliser dans leur campagne électorale, dans leur crétinisme parlementaire et surtout pour contenir leur explosivité et maintenir l'ordre, non pour éduquer les masses à détruire l'ordre et à conquérir le pouvoir qui leur appartient par la guerre.

Il dit : "Centre de santé", c'est quelque chose qu'ils ressentent ? bien sûr qu'ils ressentent ; ... ce sont des problèmes d'eau, de drainage, d'électrification, de réduction du fonds d'urgence, ce sont des problèmes dérivés des nécessités des quartiers et des bidonvilles, ils proposent ce dont ils ont besoin : exécution des travaux d'électrification, réservoirs, que Sedapal (la compagnie des eaux pour Lima) se conforme, devrions-nous demander à Sedapal de se conformer ? Devrions-nous demander à Sedapal de se conformer ? Comment pouvez-vous ne pas demander ; Je ne paie pas la contribution du fonds d'extension des installations, etc., ici nous voyons des revendications spécifiques des bidonvilles ; poursuivez : "l'eau gratuitement". Nous considérons que c'est une bonne campagne, c'est ce que nous avons proposé, que l'on exige de l'eau gratuite, que l'on demande aux milices d'apporter de l'eau, au lieu de réprimer, qu'elles investissent leurs efforts et leur argent pour les user davantage, mais nous, les masses elles-mêmes, nous distribuons l'eau parce que cela fait partie de leurs droits, ce n'est pas un don, c'est pourquoi elles paient tant de taxes à l'État et à la Municipalité, pour que la municipalité, mais à quoi diable ça sert ? Tout en démasquant que ce que font aujourd'hui les cachacos (l'armée réactionnaire) n'est rien d'autre que la soi-disant "action civique" qui a un caractère contre-révolutionnaire, faisant partie de la stratégie dite de basse intensité des Yankees, qui est éminemment une action militaire. Le régime répressif visait à former des informateurs, agents du "sol" (l'unité monétaire du pays à l'époque, notre note), qui avaient pour but d'anéantir les dirigeants, cadres, militants, combattants ou sympathisants afin de séparer la guérilla des masses, d'anéantir la guerre populaire ; de ne rien accepter en retour ; que leur action se réduit à remettre de la nourriture aux organisations de masse, est l'occasion de créer de nouveaux organismes, les Comités de Dirigeants, les Comités de Lutte ou les Comités de Distribution, qu'ils la distribuent, que les masses organisées doivent le faire, nous éduquons les masses dans la tactique, ciblons les plus pauvres, ceux qui en ont le plus besoin, conjurer le bénéfice de quelques-uns ou de leurs agents.  Cela ne s'oppose pas aux actions d'assauts contre les wagons de nourriture, qu'ils proviennent de grands commerçants ou que nous tendions des embuscades aux camions de livraison militaires.

Ce sont les nécessités des masses. Sinon pourquoi sont-ils posent par les masses  ? "nettoyage public", comment cela peut-il être mauvais ? C'est bon, à cause des ordures accumulées dans les rues, beaucoup d'enfants et de personnes âgées tombent malades, le choléra est produit, etc. "Contre les taxes municipales écrasante", la Cisa (une gabelle municipale, notre note) les soi-disant informels, les ambulants paient plus d'argent que tous les commerçants ou hommes d'affaires, ceci est soulevé par le député de la Liberté (le front de compradors dirigé par le plumitif Vargas Llosa) qui a travaillé à l'ILD, Ghersi, dans le magazine Caretas, c'est une taxe exorbitante, nous sommes contre ces taxes.

"Non à la privatisation de l'éducation",  pas moyen de la contourner, nous sommes pour l'éducation gratuite et, comment allons-nous permettre la réduction si elle fait partie du plan de leur soi-disant néolibéralisme, pour élitizer davantage l'éducation, que moins d'enfants du peuple soient éduqués, et soient si aveugles qu'ils ne voient même pas ce que leurs propres maîtres exigent, que pour leur restructuration capitaliste ils aient besoin de main-d'œuvre qualifiée, de futurs scientifiques, de gestionnaires de leur économie, de spécialistes, sinon, de quelle modernisation de leur état ils parlent ? ils veulent mettre fin à la gratuité de l'enseignement et s'exonérer d'une autre fonction en la faisant reposer sur les épaules du père du famille du peuple, déjà accablé et affamé.

Là, ils mettent en avant les besoins des masses et les besoins dérivés avec une crise écrasante et la plus dure de notre histoire, comment pourrions-nous mettre en avant la conquête du pouvoir par la guerre des peuples sans lier cette lutte politique à leurs revendications ? Nous savons bien que les exigences sont un côté de la médaille et que l'autre côté est la guerre, n'est-ce pas ce que nous disions lorsque nous avons commencé la lutte armée ? Vous ne pouvez pas les détacher, c'est opportunisme. Si les masses ne sont pas déplacées à la recherche de bénéfices, comment vont-elles combattre ?  Le Président Mao Tse-tung n'a-t-il pas dit: "s'inquiéter de l'eau et le sel" ? Ceci il nous l'a enseigné,  c'est bien et bon d'être pose dans ces documents.

 

Cela nous amène à un problème : comment accomplir ces choses ?

 

La question centrale est la suivante : Nous seuls, le Nouveau Pouvoir, pouvons garantir, nul autre ne peut le garantir, nous seuls avec le Nouveau Pouvoir et avec l'Armée avons pour objectif de satisfaire ces besoins en déplaçant les masses, c'est essentiellement notre moyen, il n'y a pas d'autre façon de le faire, c'est la seule garantie, d'où la nécessité de lutter pour l'établissement de la République Populaire du Pérou, que cela est ainsi prouvé par les Comités Populaires dans les campagnes et les Comités de Lutte Populaire dans les villes, avec toute la complexité que cela implique dans une ville, nous sommes conscients que nous devons apprendre à chaque fois à mieux le gérer, mais là on montre comment le peuple trouve des bénéfices directs, la satisfaction de ses besoins élémentaires même si c'est en petite quantité, mais il trouve même une quignon, arrachée de son jardin par son effort, ou il trouve même un toit pour s'abriter et soutenir, embusque, protéger le Parti et servir la guerre populaire, là il y a un petit échantillon et à mesure que le pouvoir se développe plus de droits seront garantis, plus d'insistance, seul le Nouveau Pouvoir garantit. Mais face aux revendications que l'on voit, la lutte pour les salaires je pense que c'est évident, personne ne va en discuter ; alors le problème discutable serait "les cantines populaires", on en parlait déjà à cause de ces problèmes de la crise ; les réactionnaires eux-mêmes disent que chaque plan de réajustement économique qu'ils font contre leur inflation, est accompagné d'un plan compensatoire pour éviter l'explosivité, c'est vrai, pourquoi veulent-ils l'éviter ? Parce que nous utilisons l'explosivité. Le fait concret est qu'il y a cette réalité objective, c'est une nécessité, donc notre problème est que tout comme la réaction veut l'utiliser et l'utilise, nous devons l'utiliser pour développer la lutte de la classe et du peuple, parce que si nous ne le faisons pas, alors soit nous laissons la réaction continuer à les exploiter et à les opprimer, soit nous laissons l'opportunisme ou le révisionnisme en faire le trafic, de sorte que l'explosivité croissante et les besoins fondamentaux, minimaux des masses sont totalement utilisés par la réaction pour ses propres objectifs maléfiques de guerre anti-subversive ; nous ne pouvons pas faire cela, nous devons mener notre lutte dans toutes sortes d'organismes, dans les organismes jaunes, dans les organismes gris. Alors si nous entrons là-dedans, pourquoi allons-nous nous battre ? Leur disons-nous que ces choses sont inutiles, que l'État actuel ne peut pas les atteindrer, au nom de la lutte ? C'est absurde! Ils me diraient alors, pourquoi tu viens me diriger ? C'est pourquoi on doit se poser le suivante : écoutez, lorsque nous serons au pouvoir, ces droits seront garantis, car pour l'instant nous nous battons pour les arracher dans un dur combat jusqu'à ce que nous brisions le cercle vicieux et ce combat n'est pas vain mais il vous forge et vous prépare aux nouveaux concours, c'est ce que nous leur disons, mais insistons sur le fait que la garantie de cela est le Nouveau Pouvoir.

Ensuite, malgré tout ce pour quoi nous nous battons, rien ne nous est enlevé, ou ils veulent contrôler, mais comme le prolétariat refuse de contrôler, ils ne veulent pas être attachés, mais plutôt remplir leur obligation de contribuer à leurs besoins alimentaires, aux enfants ou aux femmes enceintes, ou à la cantine du peuple, J'explique ici pourquoi ils ne lui donnent pas ce qu'il conquiert ou pourquoi ils lui donnent de moins en moins malgré tant de lutte, parce que la vieille société pour subsister réduit la capacité de travail, de 100 à 20 leur donne cette capacité, ils en reléguent 80 pour subsister. Le rapport de Hurtado Miller ne dit-il pas cela ? Cela signifie que sur 100, seuls 20 d'entre eux ont un travail adéquat et 80 sont condamnés soit à ne pas travailler, soit au chômage complet, soit au sous-emploi; ce pour quoi je lutte n'est rien d'autre que la compensation que même leurs propres lois établissent parce que je n'ai rien d'autre que de la force de travail et je dois la maintenir parce qu'est en train de détruire le peuple lui-même., la force créatrice, la classe la plus révolutionnaire parce que c'est la classe productive ; les peuples eux-mêmes sont ceux qui font tout, ils font le capital de la société elle-même, parce que ce sont leurs lois et je ne peux pas le permettre, car son plan est de détruire physiquement la classe.

Depuis la reconstitution, avant le commencement de la lutte armée, n'avons-nous pas lutté pour le coût de la vie et n'avons-nous pas soulevé sa relation avec la destruction physique et morale de la classe ? N'avons-nous pas exposé comment ce système engendre l'abandon des enfants, la prostitution, la délinquance ? Et aujourd'hui tout cela est pire, la classe ne peut pas conquérir et perdre à la minute ce qu'elle a conquis, alors comment allons-nous enseigner ? Il faut voir pour le chômage, pour les salaires, pour le coût de la vie, pour les enfants, pour les femmes, pour la partie faible de la classe, là la classe réactionnaire qui ne voit pas ni pour ses enfants, encore moins pour ceux du peuple, voir pour les nécessités d'un toit pour vivre, propulser surtout dans les villes les invasions, etc. ; tout cela figure dans le document de la Session Préparatoire de le Deuxième Plénum lorsqu'il traite des masses, là il a été établi.
Alors, premièrement je combats, je lutte, j'utilise toutes les formes de lutte que je connais ; Deuxièmement, mais malgré tout je ne m'impose pas, donc je n'arrête pas de me battre ; Troisièmement, mais pour me battre il faut au moins avoir une quignon dans la bouche, pourquoi serait-il mauvais pour nous d'organiser la production alimentaire ? Il est plus facile pour les masses de gens d'avoir 10 cuisines que d'en avoir 100 - vous pouvez même économiser, et il pourrait être mieux organisé pour leur donner quelque chose ou pour améliorer quelque peu leur vie très limitée, très difficile ; Quatrièmement, mais la question est de s'organiser et de le faire en marge de l'État et contre cet État, au service de la révolution, de nous organiser avec indépendance de classe pour les intérêts de classe du prolétariat et de peuple pour la révolution ; Cinquièmement, mais dès que nous développerons cela, la réaction n'aimera pas et nous combattra, dès que nous développerons cela dans une campagne contre eux, les forces répressives seront envoyont, bien sûr parce que nous les saper plus, là la question est de résister et d'apprendre à gérer cela, mais si les masses voient que dans cette lutte et cette organisation elles satisfont une partie de leurs nécessités, elles auront de plus en plus de raisons justes de combattre pour déraciner ou défendre ce qui a été conquis ;  Sixièmement, la mauvaise chose serait que nous ne le fassions pas de manière indépendante, que nous ne le reliions pas à la préparation des grands concours, que nous ne le comprenions pas comme le développement de la lutte en termes de guerre du peuple pour prendre le pouvoir, que nous ne le comprenions pas avec l'indépendance de classe, que nous ne le comprenions pas simplement pour que le Vieil État n'ait pas de problèmes ; Septièmement, ce n'est qu'avec le Nouvel État, la République Populaire du Pérou, que ces droits et ces nécessités sont garantis, en attendant c'est un concours, une lutte de classe qui reprend la revendication pour propulser la guerre populaire, au service de la guerre du peuple, en combattant le Vieil État, en luttant pour lui arracher ce qu'il nous doit, ce qu'il nous presse et nous aspire comme un citron, et en se développant de forme indépendante, avec l'indépendance de classe, dans la perspective de la révolution ; Sinon, ce serait laisser tout aux mains des opportunistes, des révisionnistes et du gouvernement pour les ligoter ou continuer à les anéantir et à les miner physiquement et moralement.

 

Synthèse:

 

Le problème est de savoir comment il est conçu, comment il est organisé et quel est son but ; nous réitérons, c'est une réalité objective que chaque parti, révolution et contre-révolution, s'efforce de mener les masses populaires dans leur propre direction.  Le document sur l'équilibre stratégique ne le dit-il pas, lorsqu'il traite de l'article du Président Mao sur la démocratie et la guerre ? N'y est-il pas dit que les masses deviennent de plus en plus l'arène de concours et qu'à présent, en guerre avec les deux parties armées, la question est le concours armée ? Et la contestation n'est-elle pas dans l'esprit, et non dans les besoins des gens eux-mêmes ?  L'erreur serait de ne pas dire clairement que la solution réside dans la République Populaire du Pérou, que nous ne nous associons pas à la guerre du peuple et que nous ne développons pas l'action indépendante du peuple ; Que nous n'avons pas combattu le vieil État et ses gouvernements, le révisionnisme et l'opportunisme, ce serait une mauvais, et que nous voulions nous mettre d'accord pour résoudre demain la situation de crise générale de la société péruvienne avec ces miettes, ou que nous détruirons les trois montagnes simplement avec des questions élémentaires, ces formes de lutte devraient être pour gagner de l'énergie et se forger spirituellement et dans la lutte des classes pour la lutte pour le pouvoir, donc le problème est dans la façon dont elle est conçue et comment elle est gérée.
Une autre question est que nos énergies ne doivent pas être détournées et concentrées comme le principal sur ce point, parce qu'entre la demande et l'essentiel, la guerre populaire, principal est la guerre populaire, la demande est un moyen, un instrument pour, ce qui veut dire que si je combats et me bats pour des revendications à la fois, c'est précisément là que je soutiens la guerre du peuple, ce qui donne de la force aux affrontements.  Mais comme de nouvelles tâches et de nouvelles forces me sont présentées, nous allons tirer de ces nouvelles forces les éléments qui peuvent accomplir ces nouvelles tâches, de sorte que nous aurons davantage de contingents qui seront forgés pour des tâches plus élevées et que nous dirigerons mêmes les deux, non pas en soustrayant de quelque manière que ce soit mais en augmentant le principal.  Qu'il y a une déviation possible de la droite et de la gauche, dans tout ce qu'il y a, n'avons-nous pas vu les limites ? Dans tout ce qu'il y a. Le fait est que nous devons voir selon les conditions et la nécessité de la polarisation ; si le Parti ne commence pas à voir et à démontrer dans les faits qu'il sert les masses et qu'il peut mener leurs luttes, comment fera-t-il pour croire que nous allons émanciper le peuple ? Ainsi nous pouvons traiter ces questions. Au moins de cette façon, nous pouvons analyser, nous pouvons voir la pratique, nous devrions enquêter sur la réalité, voir quels problèmes il y a et où ils se heurtent, nous devrions obtenir des orientations, des directives, des politiques et ensuite laisser la pratique prouver et garder la pureté de la ligne, nous ne devons jamais nous défaire et toujours nous lier à la guerre, et si nous nous trompons ? Nous l'avons déjà vu, seuls ceux qui ne font rien ne se trompent pas, mais ils ont déjà fait l'erreur de ne rien faire, parfois on dit "mais nous n'avons jamais fait ça avant" ah caramba ! nous n'avons jamais fait la guerre populaire avant, depuis 80 nous ne l'avons fait que ça, donc ce n'est pas un problème,  "Je n'ai jamais fait" n'est pas un problème, le problème est de savoir si ce qui est fait sert en fait les principes et la guerre, sinon, nous le corrigeons et le reposons, s'il y a une forte concours alors il est appliqué comment pilote même si c'est le cas, il y a de nombreuses façons de faire les choses le problème est de ne pas se lier les mains et de penser à ce que dit Lénine : "Nouvelles tâches avec de nouvelles forces" parce qu'elles sont révolutionnaires. Pourquoi nous demandent-ils cela ? Pourquoi allons-nous dans les bidonvilles ? Nous gagnons un contingent pour la guerre et les masses nous disent, ce qu'il faut faire maintenant ? Si nous disons que je ne m'en charge pas, les masses nous diront, comment va ce camarade ! Pourquoi es-tu venu ! Nous devons nous préoccuper de toutes ces choses et faire comprendre ce que nous pouvons résoudre et comment le résoudre en fin de compte, c'est-à-dire que le problème est de briser le cercle vicieux

DU DOCUMENT DE LA TROISIÈME PLÉNUM RÉUNION AVEC LE COMITÉ DE SECOURS DU LE PCP

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

NewEpoch Media